La synagogue Pinkas


 

La synagogue Pinkas
La synagogue Pinkas fut fondée, sous sa forme actuelle, par la famille Horowitz. En 1535, Aron Meshullam Horowitz la fit ériger entre sa maison U erbù (Aux Armoiries) et le Vieux cimetiere juif. Apres la Deuxieme Guerre mondiale, le Mémorial des Juifs tcheques et moraves, victimes de la persécution nazie, y fut créé: les noms des victimes suivis de leur date de naissance et de disparition, classés d’apres leurs communes d’origine, furent inscrits sur ses murs. Cependant, en 1968, le Mémorial a été fermé a cause des infiltrations d’eaux souterraines qui menaçaient le bâtiment. Lors des travaux d’isolation, on a découvert au soussol des salles voûtées, un vieux puits et un bain rituel. Le régime communiste différait constamment l’exécution des réparations, si bien qu’il fut impossible de sauver les inscriptions. Ce n’est qu’en 1990 que la restauration du bâtiment fut finie et, dans les années 1992–1996, presque 80 000 noms des Juifs tcheques furent réinscrits sur les murs de la synagogue.
Au premier étage de la synagogue Pinkas, fut installée l’exposition Dessins des enfants de Terezín 1942–1944. Parmi les prisonniers du ghetto de Terezín se trouvaient plus de 10 000 d’enfants âgés, au moment de leur internement, de moins de 15 ans. Seuls 242 sur les 8 000 enfants déportés a l’Est sont revenus. Dans les collections du Musée juif, il y a plus de 4 000 dessins originaux de ces enfants, qui constituent un témoignage touchant et expressif de leur destin tragique ainsi que, le plus souvent, l’unique souvenir de ceux qui n’ont pas survécu.
 

Noms inscrits sur les murs de la synagogue Pinkas

Margit Koretzová: Papillons, Terezín 1942–1944

 
» CLOSE WINDOW «